En cette année 2020, la plus célèbre des applications sportives est en pleine ébullition ! STRAVA, entre évolution et révolution, nous nous devions d’étudier le sujet de prêt…

Strava – Préambules

L’histoire de Strava débute en 2009 quand deux anciens étudiants d’Harvard, membres d’un même club d’aviron décident de créer une application leur permettant de faire perdurer, malgré la distance, l’état d’esprit qui accompagne la pratique d’une activité en groupe. C’est ainsi que depuis sa création, Strava se veut le « premier club sportif du monde » et non pas le « réseau social des sportifs ».

Strava fondateurs

En 2020 la société est en plein boom (même si elle annonce ne toujours pas atteindre le seuil de rentabilité) et a publié en début d’année des chiffres impressionnants: passage de la barre des 55 millions d’athlètes (dont plus de 1000 sont des pros) et des 3 milliards d’activités enregistrées (la barre des 2 milliards avait été atteinte en 2019).

Mise au point

Strava semble en pleine ébullition et a déjà annoncé plus de 50 nouveautés et mises à jour depuis janvier. Le but est clair, améliorer l’expérience des utilisateurs et atteindre un niveau de rentabilité suffisant pour continuer à proposer ses services. Voici donc un petit tour d’horizon des principaux changements :

Strava

I Les évolutions de l’interface

  • Pas moins de 32 sports différents sont listés (dont des options handisport).
  • L’édition des activités (raccourcissement et autres modifications) est désormais possible via l’application mobile.
  • Une nouvelle option d’affichage du flux d’activités par ordre chronologique (l’option « personnalisée » par algorithme est toujours disponible).
  • Amélioration de l’intégration des activités indoor, ce point est particulièrement intéressant au vu de la crise sanitaire actuelle et des confinements qui l’accompagne.
  • Amélioration de l’intégration Garmin et Apple qui facilite la mise en ligne des activités et permet un suivi plus précis de sa pratique sportive.
Sync Garmin Strava

L’ensemble de ces mises à jour vise à améliorer l’expérience des utilisateurs et est valable pour tous les formats de compte (payants ou non).

II Les évolutions de l’offre payante

  • Disparition des offres Summit au profit d’une offre Premium unique, affichée au tarif de 7€99 par mois ou 59,99€ par an.
  • Évolution des offres Summit vers l’onglet Entrainements. Cet ensemble de fonctionnalités s’adresse en premier lieu aux athlètes les plus pointus qui utilisent de nombreux capteurs (cardiaque, cadence, etc). On peut y suivre l’évolution et le cumul d’un ensemble de paramètres, en particulier des indices de condition physique. Même si les résultats ne seront pas aussi précis, Strava vous propose d’évaluer la difficulté de chaque sortie et établit ainsi un score d’effort qui remplace les données de capteurs traditionnels. De cette façon il est simple de mettre des chiffres sur sa forme du moment. A noter qu’il faut attendre quelques semaines (voire mois) après la première utilisation pour que l’évolution se stabilise et que les données soient réellement significatives.
  • Fonction Itinéraires, c’est une des grandes nouveautés. En utilisant les données des activités enregistrées dans la région ainsi que des données publiques (fond de cartes, etc), Strava propose automatiquement des itinéraires de sorties. Il suffit d’indiquer le point de départ et le profil de la sortie (distance, dénivelé, type de revêtement). Il est aussi possible de tracer grossièrement un parcours qui s’adapte ensuite pour être le plus agréable possible. Cette fonctionnalité se destine tout particulièrement aux baroudeurs et autres aventuriers qui voudraient découvrir agréablement de nouvelles régions.
Strava entrainement
Strava

Strava l’a annoncé, désormais ils mettent la gomme sur l’offre premium. Le but étant évidemment de justifier le prix de l’abonnement. Avec toutes ces nouvelles fonctionnalités, l’offre payante se démarque réellement de ce que propose la concurrence (offre gratuite en tête).

III Ce qui change pour les comptes gratuits

  • Le gros changement qui a fait couler l’encre, c’est la disparition des classements de segments, sauf Top 10 et Top 10 féminin. En effet les comptes gratuits ne pourront plus accéder aux tableaux de classements, ni à leur classement personnel au sein de la communauté. Ces données, jugées très coûteuses à maintenir disparaissent aussi des applications tierces. Seuls les abonnés premium y auront accès.
  • En revanche il est toujours possible d’accéder à ses temps à chaque sortie et les réussites personnelles continuent d’être attribuées (PR et cie). Ceux qui utilisent leur compte en privé n’ont pas du voir de changement
  • Il est toujours possible d’explorer les segments et surtout d’en créer.

A l’heure du Big Data et de l’utilisation débridée de nos données personnelles (le marché mondial d’exploitation des données personnelles est actuellement estimé à 200 milliards de dollars), il nous parait important de souligner qu’avec Strava vos données ne sont pas exploitées, en dehors bien évidemment des fonctionnalités de l’application, quel que soit votre formule de comptes. De la même façon, Strava tient à rester indépendant des marques et la pub est pour ainsi dire inexistante.

IV Local legends, le hit de l’été ?

On ne s’en cache pas chez Strava, c’est LA grosse nouveauté de l’année. Sortie le 15 juillet Local Legends est une nouvelle façon de se mesurer aux autres. Ici il n’est pas question d’être le plus rapide de tous les temps, mais le plus assidu. Le titre de Local Legend ira donc à l’athlète ayant parcourus un segment (tous ne seront pas éligibles dans un premier temps) le plus de fois sur 90 jours roulants, sans aucune prise en compte des temps réalisés.

local legend
local legend

D’un coté on pourrait y voir un effet « médaille en chocolat », les KOMs (voire top 10) étant souvent hors d’atteinte du sportif moyen. D’un autre coté, tout le monde n’est pas un compétiteur dans l’âme, prêt à prendre tous les risques pour grappiller quelques secondes et espérer décrocher le trophée. Sans oublier que l’imprécision des capteurs gps embarqués (en particulier dans nos smartphones), les divers bugs et autres fausses manipulations (comme l’enregistrement du retour en voiture) devraient faire prendre du recul sur la pertinence des résultats affichés. Pour l’anecdote, un test rapide en interne de la rédaction affichait 3s d’écart pour le même segment (moins de 2 min) entre un smartphone et un gps dédié…

Cette nouvelle fonctionnalité pourrait donc bien s’avérer nettement plus précise que les classements traditionnels. De plus elle nous semble vouloir récompenser, loin devant la performance pure, une des valeurs fondamentales du sport: la persévérance.

L’important dans la vie, ce n’est point le triomphe, mais le combat.

Pierre de Coubertin

Strava – l’interview

En parallèle de la rédaction de cet article, nous avons mené une petite interview avec Grégory Vermersch, Country Manager France de Strava afin de développer certains points qui nous paraissaient importants.

EnDHurobike : Strava est en pleine ébullition cette année, est-ce l’explosion des activités enregistrées qui motive ce renouveau ?
Gregory Vermersch : 1 million de nouveaux athlètes rejoignent Strava tous les 30 jours dans le monde et, il est vrai que nous avons tendance dernièrement à atteindre ce niveau sur des périodes encore plus courtes mais ce n’est pas ce qui a motivé en premier lieu les nombreuses améliorations que nous avons implémentées cette année (plus de 50). Avec le changement opéré le 19 mai dernier – mise en place de nouvelles fonctionnalités et passage de fonctionnalités historiques réservées uniquement aux abonnés – nous nous devions de démontrer que Strava était en capacité, d’écouter les retours de sa communauté, d’innover et d’évoluer rapidement. C’est un cap que nous allons maintenir à présent.

EB : A l’heure du Big data et des questions sur l’utilisation des données personnelles, quelle est la position de Strava sur le sujet ?
GV : Le business modèle de Strava est très simple. Nous mettons à disposition auprès des athlètes un service leur permettant d’aller plus loin dans leurs sports, l’analyse, la découverte d’itinéraires et de rester motivés. L’accès à ce service est en bonne partie payant sous forme d’abonnement mensuel ou annuel. En échange, nous avons un contrat clair avec nos abonnés. Nous ne faisons pas de revente de leurs données. C’est une direction que nous ne souhaitons pas prendre et c’est pour cela que notre service est payant. Les données que les membres Strava mettent à disposition permettent d’améliorer les services et profitent à toute la communauté. C’est un cercle vertueux où l’athlète est au centre et que nous souhaitons accélérer pour proposer de futurs services. 

EB: Local Legends vient de sortir et s’annonce comme la grande nouveauté de l’année. Quel est l’origine de cette fonctionnalité ?
GV : Les segments représentent une fonctionnalité phare de Strava, en amenant une part sociale gamifiée dans des sports qui étaient souvent par nature très solitaires. Ils permettent également de tester sa forme et participent aussi à la découverte de nouvelles routes et nouveaux chemins lorsqu’un athlète réalise ses itinéraires. Ils sont d’ailleurs utilisés au plus haut niveau dans ce sens. Avec Local Legends nous souhaitions ajouter une nouvelle dimension aux segments, basée sur la régularité et la persévérance car, finalement ce qui définit la qualité athlétique n’est pas uniquement la vitesse mais la capacité à amener une certaine régularité dans sa pratique. Nous souhaitions avoir une proposition pour ces types d’athlètes qui représentent au final la majorité tout en ajoutant une part ludique, car au bout de compte, c’est bien de ça qu’il s’agit dans le sport, tout simplement s’amuser.

Les évolutions de Strava – On en pense quoi ?

Chez Endhurobike on est (presque) tous Strava. La base de notre utilisation est l’enregistrement et l’analyse de nos sorties, soit directement via l’application, soit via des gps dédiés. Il faut dire que Strava propose un accès simple et agréable à toutes les données utiles: distance, dénivelé, durée, vitesse…
Pour certains l’utilisation de l’application s’arrête là, pour d’autres c’est aussi un moyen d’émulation (enfin soyons honnêtes, de concours de kekette) ou même un outil d’entrainement.

Strava

Mon plus gros regret reste l’absence de fonctionnalités dédiées au VTT, et en particulier à nos pratiques gravity. Il n’existe pas (encore) de différenciation entre les activités vélo de route, gravel et VTT. Un peu dommage pour certains classements de segments par exemple. Si il existe une classification des segments selon leur profil de dénivelé positif, aucune échelle de classement (difficulté technique et engagement par exemple) n’est disponible sur les descentes.

Itinéraire Strava

De la même façon, la fonction itinéraire s’avère plutôt alléchante sur le papier, mais après essai elle ne m’a pas du tout convaincu pour du VTT. Alors que notre forêt regorge de petits singles fort sympathiques et presque systématiquement enregistrés sous forme de segments, l’algorithme me guidait principalement sur les grandes allées… Il reste encore du travail pour que cette fonctionnalité soit adaptée à notre pratique.

En revanche l’onglet Entrainements m’a nettement plus convaincu. Sans être un athlète pointu, bardé de capteurs à chaque sortie et suivant un planning d’entrainement, j’ai pu me rendre compte de la pertinence des analyses fournies. Après quelques semaines de calibration j’ai pu voir une réelle corrélation entre les courbes (par ailleurs simples à comprendre) et mon ressenti. Je pense que Strava peut ainsi devenir un excellent outil pour le sportif amateur qui cherche à atteindre un objectif précis (préparation d’une compétition par exemple). Aujourd’hui c’est réellement cet aspect qui pourrait me convaincre de prendre un abonnement premium.

Pour Local Legends, je réserve mon avis, cette fonctionnalité venant de sortir. Personnellement j’ai plus d’affinités pour la performance pure. Repousser mes limites, entrer en compétition avec les autres athlètes (les copains en premier) et savoir qui est le plus rapide me fait plus vibrer que de savoir qui roule le plus (voire tourne le plus en rond). Même en ayant pris beaucoup de recul sur la précision des données et en sachant bien que rien ne peut remplacer le chrono d’une vraie compétition, je ne peux m’empêcher de guetter l’apparition d’une petite médaille après un bon ride.

A ce titre je ne peux que regretter la disparition des classements en compte gratuit, fonctionnalité que je tenais pour acquise. Il n’en reste pas moins que cette version gratuite l’est réellement, et non pas via une avalanche de publicités et autre revente de nos données personnelles. Si elle perd quelques fonctionnalités, elle reste finalement assez peu modifiée et bénéficie tout de même de nombreuses mises à jour qui la rende toujours aussi pertinente. De son coté Strava Premium propose de nombreux atouts, en particulier pour les athlètes multi-sport, les voyageurs et les compétiteurs amateurs. Pour les vttistes qui ne cherchent pas la performance, je pense qu’il y a encore un peu de travail avant que la version payante soit réellement attractive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici