Si la marque Kona parle aux plus anciens d’entre nous, elle se fait de plus en plus rare dans le parc roulant enduro et pas mal de jeunes ne connaissent pas plus que cela cette belle marque canadienne. La faute à des tarifs de plus en plus épicés et au faible nombre de revendeurs français. Il n’en reste pas moins que la gamme enduro est toujours d’actualité et que le Process X que nous connaissons déjà continue d’évoluer. Voici donc une version alu qui se veut abordable parmi la caste des super-enduro ! Un cadre alu, du débattement et un savoir-faire canadien dont Kona connaît la recette depuis pas mal d’années maintenant ! Voyons ce que ce gros bike a dans le ventre.

KONA Process X Aluminium

VTT enduro/super-enduro
débattement de 170 /162 mm
poids 17,1 Kg | prix du montage présenté
4 999€
Testé par Hugo et Arthur

Le Kona Process X est au catalogue du constructeur canadien depuis quelques années déjà. Nous avions d’ailleurs pu l’essayer à l’occasion d’une battle mullet vs 29 il y a 1 an environ aux alentours d’Annecy : https://endhuro-bike.com/ride/battle/battle-passer-son-vtt-en-mullet-bike-29-275-le-rend-il-plus-rapide-et-plus-fun/. Il s’agissait de vélos haut de gamme en carbone. Le bike évolue dorénavant avec une déclinaison aluminium qui se veut plus abordable. Le débattement reste le même avec 170mm devant et 162mm derrière et le format de roues est en 29 pouces, bien qu’il soit possible de le rouler en mullet également. La gamme débute à 5299€ avec le modèle ici présent et culmine à 9999€ avec la version CR/DL tout en carbone et équipée de l’AXS. A noter qu’il existe même une version Process X DH équipée de série d’une fourche double-té RockShox Boxxer et d’un format de roues mullet pour toujours plus de plaisir. Cette dernière se monnaye 5699€. Il est tout de même dommage de constater que les prix de la gamme Kona, à l’inverse d’une bonne majorité de marques concurrentes ces temps-ci, ont dernièrement augmenté.

Le Process X Alu conserve sa cinématique conventionnelle avec l’amortisseur à la vertical. Le catalogue ne propose que ce coloris bleu foncé avec marquages bleus clairs. Et la version DH, un joli violet brillant.

Les chiffres

Nous avons reçu le bike en taille L. Sur cette taille, les chiffres de géométries sont dans la norme haute pour un gros enduro. Avec 490mm de reach, des bases en 440mm fixes quelque soit la taille, on retrouve un empattement assez long avec 1276mm. L’angle de chasse et ses 63,5° (bien que ce soit très ouvert) tend à se démocratiser dans la catégorie. Enfin le tube de selle est relevé à 77,8° pour une position de pédalage bien droite. La géométrie de ce Kona est résolument moderne et augure d’un vélo bien dans les clous pour un gros enduro. Un vélo long, low et slack !

L’équipement

Kona Process X Alu 2023

  • Fourche Marzocchi Bomber Z1 Grip 170mm
  • Amortisseur Fox DHX Perf
  • Dérailleur Shimano SLX 12v
  • Shifter Shimano XT
  • Cassette Shimano Deore 10-51
  • Pédalier Race Face Aeffect R
  • Roues Moyeux Shimano jantes WTB
  • Pneus Maxxis Assegaï Maxgripp/DHR
  • Freins Shimano Deore
  • Disques Shimano RT64 203mm
  • Tige de selle Tranz X +RAD
  • Selle WTB VOLT
  • Cintre KONA
  • Potence KONA

Le Process X alu dispose d’un équipement tout de même gaillard mais il persiste à la lecture de cette fiche technique quelques interrogations. Pourquoi ne pas mettre une fourche en 38 sur un bike en 170 ? D’autant plus que la bête n’est déjà pas un poids plume ! Qu’en est-il des Deore qui paraissent frêles de par leur appellation ? Un dernier élément sera pour les plus pointilleux, le combo d’un shifter plus haut de gamme que son dérailleur. Dans le cas du XT, cela permet d’accéder au double shifting plutôt appréciable. La légende raconte que ce combo est plus pertinent que d’avoir un dérailleur plus haut de gamme que son shifter. Ce n’est cependant pas la norme de ce que l’on voit en général. Reste enfin qu’au tarif de 5299€, ce Kona Process X n’est vraiment pas bien positionné en rapport prix/équipement. A ce tarif, on s’attend à des équipements bien plus haut de gamme, surtout avec un cadre en aluminium. Bref, nous verrons si le Kona fait oublier ce détail un peu plus bas !

Look et Finition

Look

Le Kona Process X a un look bien sympathique et reconnaissable avec ses marquages bleus clairs. Il a globalement bien plu aux membres de l’équipe. Le bas du tube de selle fait un peu massif visuellement et va de paire avec le passage en externe des gaines et durites. C’est pas super esthétique mais ça appuie sur le caractère solide du bestio.

L’amortisseur ressort ainsi que la tige de selle à débattement important donnent un vrai air de vélo de descente au Kona. Pour le reste, le Kona Process X affiche des tubes plutôt fins qui changent avec ce que l’on voit habituellement sur ce type de vélo. Du coup la frêle Marzo en 36 ne choque pas trop.

Banner MiniB Cycles

Finition

Soyons cash ! La finition n’est pas le point fort du Kona Process X Al. Les grosses soudures bien larges et le passage de gaines/durites en externes paraissent d’un autre temps. Hugo et moi avons tous deux été surpris lors du déballage du vélo. Surtout pour un vélo de ce tarif et une marque qui ne nous a pas habitué à ces finitions brut de décoffrage. Ce peut être un parti prit pour affirmer une solidité à toute épreuve (et la garantie à vie). Pour le reste, la peinture s’est montrée de bonne qualité, les stickers de fourche sont bien raccords avec les marquages du cadre et je suis totalement fan du poste de pilotage Kona en alu que je trouve très beau.

Niveau protection, là encore c’est moyen. On dispose d’une protection caoutchouc assez qualitatif au niveau de la base arrière droite pour protéger des coups de chaîne. En revanche, pas de protection de Down-tube de série. Pour un super-enduro, c’est pourtant fortement indispensable. Le Process ne dispose pas non plus d’une protection de plateau et d’un anti-dérailleur. Cela aurait pu être intéressant vu le programme du bike. Fait intéressant tout de même, le vélo est équipé de butées en caoutchouc au niveau du top tube car il est compatible avec les fourches double té. Petit détail certes mais qui a son importance pour les petits coquins avides de D- que nous sommes !

KONA Process X Al – Place à l’action

En piste ! Tout d’abord, si de mon côté j’ai roulé le Process X Al sur mes spots, Hugo lui aura fait goûter les descentes de Morzine durant 4 jours. Nathan, notre freerider a aussi poncé les crampons du sale gosse Canadien !

Position

La position est super naturelle sur le Kona dans cette taille L. Malgré un Reach qui me paraissait énorme sur la fiche technique. Je me suis senti tout de suite super bien avec mes 1m79 et Hugo et ses 1m78 également. Le tube de selle bien droit y est pour quelque chose ! La tige de selle en 170mm d’origine est extra pour libérer beaucoup d’espace pour bouger sur le vélo. On se sent rapidement à l’aise à bord et le ressort en 450lbs s’est montré assez bien calibré pour mes 78kg. Pour Hugo un poil light mais la belle réserve de débattement lui aura permis de se faire plaisir sans talonner pour autant. (surtout qu’il envoie moins l’ancien)

Ergonomie

Pas de box interne sur ce Kona. On dispose d’un emplacement généreux pour mettre une gourde. Il faudra faire attention aux gaines et durites dont le crochet de maintien se vis au niveau du porte bidon. Le bike propose un ancrage supplémentaire sous le top tube pour ceux qui voudraient optimiser pour rouler sans sac.

Le blocage de l’amortisseur est appréciable sur ce vélo et ça tombe bien car il est à une hauteur où son utlisation est facile.

Le Flipchip qui permet de passer en Mullet est assez simple à switcher. Il se situe au niveau de l’arrière de la biellette supérieur. Comme d’habitude, nous vous recommandons de le changer au sec dans votre atelier plutôt que sur le spot pour éviter que de la terre ou du sable ne vienne encrasser les roulements.

Notons également que le Kona Process X Al est un régal pour les amateurs de mécaniques. Tout est ultra simple avec le passage en externe des gaines et durites. C’est ici une force quand il s’agit de passer sur le pied d’atelier.

Le Kona Process X Alu dans le D+

Que vaut ce Kona plus de 17kg dans les montée ? A la lecture de la fiche technique, il est possible d’émettre quelques doutes et pour être honnêtes, nous en avions un peu… Entre le poids assez élevé et le pneu en gomme Maxx Grip devant, les craintes sont fondées.

Ne vous y trompez pas, ce n’est pas un vélo très énergique sous les coups de pédales ! Le Kona Process X Al se révèle être confortable et monte au train en conservant assez bien son allure de croisière. Une vitesse de croisière qui n’est pas très élevée mais qui reste correct quand la pente est prononcée. Celle-ci plafonne rapidement lorsque l’on veut mettre les Watts quand la déclivité se fait plus douce et il n’est clairement pas fait pour ça !

Le Process X dans sa version aluminium n’est pas un modèle de dynamisme. En tapant dedans pour faire son Jason (expression chez nous qui signifie machine), le vélo ne rend pas grand chose et gagnerait sûrement à être plus léger et rigide. Ce Kona Process X Al m’aura bien surpris sur des spots assez raides où l’on enroule tranquillement dans le pente… Mais il manque clairement de polyvalence et peut se montrer énergivore quand on essaye de hausser le rythme. Bloquer l’amortisseur pour figer la suspension fera un peu gagner mais sans faire de miracle.

Le Proces X Alu dans le D

Si les montées s’attaquent tranquillement avec le Kona, qu’en est-il des descentes ?

Confort

Dès les premiers obstacles, on sent rapidement que le débattement est présent. On a du coup la sensation d’être sur un vrai pullman ! Une sensation qui disparait un peu dans les zones défoncées ou la sensibilité des suspensions sur les chocs à répétition est mise à mal. On sent les suspensions saturer, Hugo et Nathan qui roulent en pédales plates se sont plains de perdre les pieds dans le défoncé.

Dans les descentes plus sages, le flex du cadre et le débattement bien présent donne vraiment une impression de gros vélo très confortable. On sent quand on pousse dans les virages que le cadre n’est pas ultra rigide. C’est appréciable pour le confort et la tolérance car ça donne plus de grip. On perd en revanche en précision et en vitesse car le vélo perd de l’énergie en sortie de virage.

Freinage

Concernant le freinage, les Shimano Deore en 4 pistons nous ont tous impressionné. Nous les avons trouvé très puissants en disques de 200 mm avant/arrière. Plus puissants et meilleurs sur ce type de vélo que les XT en 4 pistons. Ils sont en revanche assez On/Off et ce peut être délicat sur le mouillé. Mais pour un gros vélo en 170mm on est servis ! Le train arrière reste bien riveté au sol en phase de freinage et on exploite donc toute la puissance des freins Shimano.

Grip

Le Process X Alu est impressionnant sur le mouillé où la torsion du cadre et les bonnes gommes des pneus viennent apporter sérénité et confiance pour passer proprement. Sur le sec le bilan est plus mitigé. Les vitesses de passage sont plus élevées et le vélo a tendance à s’écraser un peu dans les virages. Les sorties de courbes sont alors moins rapides qu’avec d’autres vélos de cette catégorie. La Marzocchi en plongeurs de 36 mm pêche un peu en rigidité comme en maintiens. Une Fox 38 permettrait un gain de confiance pour les pilotes avides d’un max de speed en virage.

Maniabilité / Dynamisme

Niveau maniabilité, le Process X répond assez bien. Il est agréable à mettre sur l’angle et est plutôt à l’aise dans les spéciales les plus étroites. Malgré sa longueur, son poids et son important débattement, le Kone Process X est plutôt agile. En dynamisme, il y a 2 caractères qui s’opposent. Le Process X Al est bel et bien un vrai vélo Canadien avec un bon pop de suspension. On joue donc facilement avec le terrain et c’est plutôt cool et attachant si on ne cherche pas la performance…

Car le Kona n’est pas un vélo avec lequel on fuse en spéciale. On a vérifié si le frein à main n’était pas enclenché, mais non… Il faut se rendre à l’évidence, le Process X Al ne prend pas de vitesse naturellement et a plutôt tendance à manger l’énergie. Envie de relancer ? Reste tranquille garçon, cruise comme un Canadien et amuse toi avec le terrain plutôt.

Stabilité / Franchissement

Le vélo est dimensionné pour rider de l’engagé mais manque un peu de rigueur pour venir concurrencer les rails de la catégorie. Le vélo manque un peu de précision. En contre partie, le flex du cadre rend vraiment le pilotage facile et il pardonne bien plus que ses homologues en carbone ultra radicaux. On peut se permettre des trajectoires plus brouillon à bord du Kona. Un bon point donc pour aborder des portions techniques sans avoir peur.

Fun / Accessibilité

Vous l’aurez compris, tant que l’on ne cherche pas la vitesse à tout prix, le Process X est un bike fun avec lequel on s’amuse bien ! L’accessibilité est son gros point fort. Là où la plupart des super enduro jouent la carte de la race, de la rigidité et du speed, le Kona propose une alternative plus axée sur le confort et le fun. Le vélo conviendra parfaitement à des débutants qui veulent du débattement. Pour les pilotes plus aguéris, il peut également convenir en optimisant 2/3 composants pour gagner en rigidité et en précision.

Kona Process X Alu – C’est l’heure du bilan !

Note Kona Process X Al

J’ai encore en tête des images des anciens Kona Stinky de Graham Agassiz dans New World Disorder qui gigotent dans tous les sens en virage. Et bien cette image est toujours d’actualité ! Le nouveau Kona Process X Aluminium est bourré de défauts : finition brutale, manque de polyvalence et rapport prix/équipements complètement déconnecté de la réalité… mais quelques chose se passe quand on roule ce Kona, du pop, de la mise en confiance. Un vélo qui prend vie et affirme son caractère très attachant. Ce n’est pas un vélo performant, précis et rapide mais il m’aura toujours laissé un large sourire en bas des descentes.


Top

+ Fun
+ Confortable
+ Vélo super accessible
+ Facile à entretenir
+ Tolérant


Flop

– Energivore en montée
– Prise de vitesse
– Poids élevé
– Finition
– Tarif hors sol


Arthur Wettling
Peepooodo pour les intimes ! Profond déconneur dans l’âme, je sais être sérieux quand on commence à parler crampon et suspension. Je vais généralement à l’essentiel dans mes tests car la pratique du vélo est pour moi une chose simple et évidente !