Moustache, spécialiste Français du vélo à assistance électrique suscite visiblement un grand intérêt puisque vous êtes très nombreux à avoir lu notre test du Game 6, le plus gros VTT de la gamme. Nous nous intéressons aujourd’hui à un modèle qui se veut moins radical et peut être plus polyvalent : le Moustache Samedi 29 Trail 8.

Moustache n’a pas encore fêté ses 10 ans d’existence mais fort de son succès, la marque a su développer une gamme très vaste. 2 modèles se disputent les VTTAe musclés : le Game, descendeur dans l’âme que nous avons testé avec Hugo (Test – Le Moustache Game), et le Trail censé être plus sage.

MOUSTACHE Samedi 29 Trail 8 – On fait connaissance

MOUSTACHE Samedi 29 Trail 8 | 150/150 mm
23,68 Kg | prix 6399€
Site Web MOUSTACHE

Le Moustache Samedi 29 Trail est un VTTAE en aluminium qui, comme sa dénomination commerciale l’indique, campe sur des roues de 29 pouces. Le débattement de 150 mm avant / arrière le classe dans la catégorie All-Mountain. Comme pour le Game, le groupe d’assistance du Trail est le célèbre Bosch Performance CX et sa batterie de 625 Wh. La gamme Trail comporte 5 niveaux d’équipement en commençant par le Trail 2 dispo dès 4799€ jusqu’au plus haut de gamme, le Trail 10 à 7799€. Nous avons testé le modèle juste en dessous, le Trail 8 au tarif de 6399€.

L’équipement

  • Fourche Fox 36 Float Factory Grip 2 150 mm
  • Amortisseur Moustache Magic Control 205×60 mm
  • Dérailleur Shimano XT 12 vitesses
  • Shifter Shimano SLX
  • Cassette Shimano SLX 10-51
  • Chaîne Shimano Deore M6100
  • Roues Moyeux Shimano XT + jantes Moustache 31 mm
  • Pneus Maxxis Assegai 2.5 WT Exo+ 3C Maxxterra
  • Freins Shimano XT 4 pistons
  • Tige de selle KS Ragei 125 mm (taille M)
  • Selle Moustache
  • Poste de pilotage Cintre Just_Carbon Moustache 760 mm + Potence Moustache 60 mm
  • Grips SB3 Race One Lock

Les équipements de cette version Trail 8 offrent un mix haut de gamme / milieu de gamme. Aux avant-postes, on retrouve la crème de la crème : une Fox 36 Factory avec l’excellente cartouche Grip 2. Pour la suspension arrière, l’amortisseur développé par Moustache se chargera de parfaire le confort. On continue le menu haut de gamme avec le poste de pilotage en carbone et les freins Shimano XT 4 pistons. La transmission mélange les groupes Shimano XT, SLX et Deore. Moustache a visiblement dû faire quelques concessions pour garder un tarif compétitif (pour du haut de gamme…). 2 Maxxis Assegai en gomme 3C et carcasse Exo +, montés sur des roues Moustache aux moyeux Shimano XT assurent la liaison au sol… Le poids final descend sous la barre des 23,7kg.

Les chiffres

Sur le papier, le Trail est un peu plus long mais aussi plus fermé que le Game. Sur notre taille M de test, le reach reste compacte et affiche 432 mm pour un empattement de 1205 mm. Les bases de 460 mm sont plutôt longues et l’angle n’est pas spécialement ouvert (66,2°). La cinématique du Moustache Trail paraît assez neutre et ne rentre pas dans les tendances actuelles du lower, longer, slacker…

Look et Finition

Look

Mettez ce Trail à côté du Game et essayez de jouer au jeu des 7 différences !! Hormis une allure un peu plus ramassée, le Trail garde un coup de crayon assez passe-partout. L’intégration moteur / batterie est parfaite et les lignes du Moustache sont assez fines. On croirait presque un VTT classique.

Niveau couleur, vous n’avez pas le choix. C’est une couleur par finition et pour le Trail 8, c’est rouge foncé métallisé. La peinture a l’air assez résistante et notre modèle d’essai a gardé un aspect bien brillant.

Finition

On vous fera quasiment les mêmes remarques que pour le Game car la qualité de construction est quasiment identique. Niveau protection, c’est un peu light mais sur le Trail c’est moins gênant que sur le Game au vu de son programme plus léger. Contrairement au Game, la trappe batterie de notre Trail de test était très facile a mettre en place et parfaitement ajustée.

On retrouve la qualité de finition bluffante du triangle avant avec des soudures polies. Le passage de câble en interne est plutôt bien pensé et le capteur de puissance est parfaitement dissimulé dans la base arrière. Un petit mot sur la garantie qui est de 5 ans pour le cadre et de 2 ans pour le reste des composants.

MOUSTACHE Trail 8 – Place à l’action

Position

Dès les premiers tours de roue, on sent une position assez naturelle mais le vélo paraît encore plus court qu’au guidon du Game qui a pourtant un Reach plus petit. La largeur du guidon en 760 mm est bien en phase avec le segment All-mountain et le galbe du cintre est bien agréable. Niveau sizing, l’inscription derrière le tube de selle me parait un peu optimiste : 1m69 à 1m85. Pour mon 1m70 aucun problème avec la taille M mais Hugo qui fait 1m78 s’est senti un peu à l’étroit avec une impression d’avoir les genoux un peu trop proches du guidon. Pour un pilote de plus de 1m75, je conseillerais de choisir une taille L.
Dernière petite remarque, quand on a goûté aux tiges de selle de 150 mm et plus, revenir à une 125 mm est assez difficile.

Ergonomie

Côté assistance, le retrait de la batterie est ultra simple et on peut soit la charger séparément, soit brancher le vélo avec une prise dissimulée derrière un cache en caoutchouc au dessus du moteur.

Le bouton d’allumage se situe sur la console de commande Purion qui tombe naturellement sous les doigts. Elle est rétroéclairée et permet de sélectionner les 5 modes de fonctionnement : Eco, Magic Tour, E-Mtb, Turbo et Walk. On notera l’apparition d’un mode spécifique développé par Moustache, le Magic Tour. Il reprend le principe de fonctionnement intelligeant du mode e-Mtb en favorisant l’autonomie.

Courbes d'assistance

La fixation pour le porte-bidon se trouve sous le Top-tube, un emplacement peu commun mais au moins il est accessible facilement. Le porte-bidon qui était installé sur notre vélo d’essai n’était pas adapté à une pratique all-mountain et le bidon est tombé à la première descente. Il a du coup fini dans une poche et pour ce type de montage, les bidons magnétiques sont parfaits.

Dans le D+

On commence par le rendement qui est assez bon, même quand on désactive l’assistance. Il faut dire que pour un VTTAE en Alu, il sait garder la ligne avec un poids de moins de 24kg. Dans les montées techniques, la suspension arrière plaque la roue au sol et apporte un grip monstrueux qui, aidé par la fonction Extended Boost* du moteur Bosch, permet de passer les gros raidards truffés d’obstacle. Le Trail est super bien équilibré et ne cabre pas d’un poil. Il se montre super maniable, encore plus que le Game. Il tourne dans un mouchoir de poche !

*L’Extended Boost continue l’assistance une fraction de seconde après l’arrêt du pédalage

Côté assistance, l’excellent moteur Bosch Performance fait des merveilles et les modes Magic Tour et e-Mtb sont très plaisants avec une adaptation de l’assistance à la puissance que vous mettez sur les pédales. Par rapport au classique mode Tour que l’on trouve habituellement sur les Bosch, j’ai trouvé le Magic tour un peu plus punchy lorsque l’on souhaite mettre de l’intensité. Pour clôturer ce chapitre D+, je n’irais pas par 4 chemins : ce Moustache Trail est une arme quand il s’agit de grimper !!

Dans le D-

C’est le moment d’oublier la partie assistance pour s’attaquer à la partie que nous affectionnons le plus. Vous vous posez d’ailleurs certainement la question : que vaut ce Trail dans le D- ? Et quelles différences face au Game ?

Confort

Pour le fonctionnement de la suspension arrière, le Trail étant plus typé All-mountain, j’aurais pensé trouver une suspension moins molle que celle du Game. Mais avec la même cinématique, le même amortisseur Magic Control et seulement 10 mm de débattement en moins, on retrouve sur le Trail, le même moelleux et quasiment le même confort que sur le Game. Pour l’avant, la Fox 36 Factory et sa cartouche Grip 2 offrent un fonctionnement de premier ordre. A part les 20 mm de réserve supplémentaire, le Trail fait quasiment jeu égal avec le Game quant il s’agit de préserver le pilote.

Freinage

Les Shimano XT 4 pistons sont réputés pour offrir un excellent freinage. Doublé à l’excellent grip des Maxxis Assegai, on trouve logiquement un très bon combo pour arrêter les 23,68 kg de l’engin ! Pourtant, je n’ai pas retrouvé exactement les mêmes sensations de puissance qu’offrent habituellement les XT. La décélération est bien efficace et les roues restent bien collées au sol avec l’excellente cinématique du Trail, mais je pense que les disques Deore RT64 montés sur le Trail 8 enlèvent un peu d’efficacité pure aux freins. Dommage de ne pas avoir monté des disques XT pour avoir un freinage le plus efficace possible.

Grip

Mettez moi 2 Assegai et des suspensions qui plaquent parfaitement le vélo au sol et vous obtenez un vélo qui tient le pavé. Cependant, il donne moins cette grosse sensation de sérénité sur l’angle qu’avec le Game que nous qualifions de vrai rail que rien ne vient perturber. La géo du trail est moins agressive et apporte logiquement moins de stabilité, mais on y reviendra un peu plus bas…

Maniabilité / Dynamisme

C’est sur la maniabilité que le Trail prend l’avantage sur le Game. Quel aisance déconcertante ! Il se montre bien plus vif et facile à faire virer de bord. Que ce soit à faible ou à vive allure, le Trail est très facile à inscrire en courbe et se faufile aisément dans les petits singles escarpés.

Niveau dynamisme, le Trail suit la même tendance et montre un peu plus de pop de suspension que son grand frère. L’avant paraît aussi plus léger et le vélo est plus facile à faire cabrer pour amorcer un bunny-up. Même si je regrette que ce Trail conserve ce côté très moelleux de la suspension arrière car le Trail manque encore de vivacité lorsque l’on aime jouer à sauter d’un appui à l’autre. Il mériterait plus de répondant pour accentuer son côté ludique et marqué une vraie différence de caractère.

Stabilité / Franchissement

Avec ses 66°5 de chasse et son plus petit empattement, le Trail se montre moins à l’aise et moins rassurant que le Game quand il s’agit d’attaquer des parties techniques et d’affronter du raide. On a l’impression d’un vélo bien plus court et d’être rapidement un peu trop porté sur l’avant. Niveau stabilité, on peut sentir le Trail un peu fébrile… Je ne me suis pas senti aussi serein que sur d’autres machines telles que le Cannondale Moterra, le Sunn Kern EL ou le Moustache Game, au moment d’arsouiller comme un goret sur le spot local.

Fun / Accessibilité

Le Moustache Trail est un VTTAE très facile d’accès. Il épargne son pilote avec un confort royal et se montre ultra maniable et bien tolérant. Il est très plaisant à piloter dans le D+ et en descente il est un peu plus vivant, plus dynamique et plus fun à piloter que le Game. Enfin, tant que vous ne mettez pas trop d’intensité car vous apprécierez moins d’arsouiller au guidon du Trail qu’au guidon du Game, qui lui ne demande que ça.

MOUSTACHE Trail 8 – c’est l’heure du bilan

Synthèse

Le Moustache Trail garde les qualités de fabrication et le bon rapport prix/équipement du Game. Il se montre par contre moins exclusif, plus maniable, plus facile à piloter et un poil plus vivant. Le Trail est aussi bien plus sage que son grand frère et quand on attaque, on sent rapidement que le Trail est moins armé pour ça…


Top

+ Redoutable dans le D+
+ Facile à piloter
+ Confort
+ Rapport Prix / équipement


Flop

– Disques Deore
– Stabilité médiocre
– Tige de selle en 125 mm


Votre test en vidéo

Gonçalo De Sousa
J'aime souder au guidon des VTTAE!! Et oui, je roule habituellement en e-bike... Vous pourrez compter sur moi pour décortiquer les machines électriques !