En 1992 Cane Creek naît grâce à la passion d’un collectif de riders. Connu pour l’innovation des jeux de direction type « aheadset » et d’autres accessoires, Cane Creek fait son entrée dans le monde de la suspension en 2005 avec son fameux amortisseur double barrel comportant des révolutions sur les réglages. En 2017, la marque américaine dévoile sa toute première fourche : la Helm, qui a connu une bonne mise à niveau en 2020 avec une 2ème version plus aboutie.
Nous l’avons mise à l’épreuve durant plus d’une année, que vaut donc la Cane Creek Helm II Coil face à ses concurrents ?

Cane Creek Helm II Coil – Présentation

Cane Creek Helm II | Fourche VTT Enduro
2340g | 1199€00
Site Web Cane Creek

La Cane creek Helm II est disponible en version Air ou en version Coil avec au choix donc un ressort pneumatique ou un ressort hélicoïdal. C’est une fourche ALL-Mountain/enduro aux plongeurs de diamètre 35 mm. Elle est disponible en 27,5″ ou en 29″ avec 2 offsets possibles : 44 ou 51mm. Son débattement varie de 130 à 160mm et est ajustable en interne par cran de 10 mm.

L’axe de fixation DLock en 15×110 s’est montré très astucieux et facile à manipuler car c’est uniquement l’extrémité filetée qui tourne au serrage/desserrage et l’axe reste fixe dans le moyeu ce qui évite tout grippage et facilite la manipulation.
Cette 2eme version intègre une nouvelle cartouche hydraulique avec une clapeterie revue et une nouvelle huile Motorex 2,5wt qui, selon Cane Creek, améliorerait le fonctionnement de la fourche. La Helm II est également pourvue de joints basse friction SKF que l’on trouve rarement en première monte.

Pour ajuster la fourche au mieux, on retrouve sur la Helm II des réglages hydrauliques sur les compressions basse et haute vitesse et sur le rebond basse vitesse. Pour le réglage de la pré-contrainte qui sert à compenser le poids du pilote, il se fait via le ressort pneumatique sur la version Air. Pour notre version Coil à l’essai, 4 ressorts d’une dureté différente sont proposés par Cane Creek. Il faut ensuite régler la Preload du ressort en ajustant la molette sur le plongeur gauche. La fourche est livrée avec un ressort pour des pilotes de 72kg à 90kg.

Look et Finition

Visuellement, La Helm II noire brillant n’apporte pas de révolution, en même temps ça reste une fourche… Il existe une version limitée Rose qui est bien flashy pour ceux qui assument et arriveraient à en trouver un des rares exemplaires. En versio noire, l’ensemble reste sobre avec une déco en stickers noir sur noir. La Helm II est également disponible en gris que je trouve un peu plus originale et qui aurait apporté un petit plus sur le look de notre Cannondale Habit d’ailleurs. Un petit rappel de bleu/vert est visible sur les joints spi ainsi qu’au niveau de l’indicateur de débattement.

Niveau finition, elle est excellente ! La fourche cane creek respire le produit haut de gamme. Toutes les molettes sont usinées en aluminium et celles des réglages hydrauliques se montrent bien fluides à manipuler. La Pré-load du ressort est un peu plus virile mais les crans sont bien francs et marqués. Petit détail pratique, le pivot de fourche est gradué pour faciliter la coupe et mise à taille lors de l’installation sur le vélo.

L’axe D-lock est lui aussi super bien fini. Les fourreaux ne sont pas en reste et bénéficient d’ajustements hyper bien réalisés et d’une finition assez durable pour une peinture brillante. La Helm II n’a franchement pas à rougir face à la concurrence. Le tarif a en revanche grimpé de presque 20%, ce qui rend la fourche Cane Creek moins bien placé qu’auparavant.

Cane Creek Helm II Coil – Sur le terrain

Hugo, Arthur et moi avons pu essayer cette Cane Creek Helm II en long, en large et en travers (surtout pour Arthur qui adore jouer de l’arrière d’ailleurs) durant plus d’1 an. Utilisé pour upgrader notre Cannondale Habit, je l’ai également monté sur plusieurs de mes vélos, en endurigide et tout-suspendu.

Avant toute chose je vais vous faire une piqure de rappel sur les avantages et inconvénients théoriques d’une fourche à ressort hélicoïdal. Premier point, le ressort ou en anglais « Coil », est normalement plus fiable qu’une cartouche air puisque qu’il y a moins de pièces en mouvement et de joints pour faire l’étanchéité. Le ressort est également plus linaire, ce qui rend le début de course plus onctueux avec une mi course à la sensibilité accrue. La sensation de rebond que procure une fourche à ressort est également un peu différente avec beaucoup de pop et de retour. Comme inconvénients, il y a bien évidemment le surpoids du ressort, ici de l’ordre de 300g tout de même, un réglage parfois plus difficile et moins fin et enfin un manque de progressivité en fin de course.

Sur la Helm II, j’ai retrouvé toutes les caractéristiques que je vous citais juste au dessus. Une fourche onctueuse, avec du soutien à mi-course et qui a un sacré pop ! La linéarité de la Helm II fait par contre qu’on arrive régulièrement en butée sur les gros chocs.

Nous avons commencé avec le ressort livré avec la fourche, le réglage de la partie hydraulique se fait assez facilement dans un premier temps. Les molettes se tournent aisément, tous les clics sont fermes et les indications sont claires et lisibles. Ces réglages sont par contre assez subtiles et il faut plusieurs clics pour sentir une différence franche.
Niveau sensations, sur nos traces habituelles on sent l’écart avec une cartouche d’air. C’est plus sensible et j’ai vraiment la sensation d’avoir plus de pop sur l’avant. A l’attaque sur des racines ou des pierriers, la fourche travaille à mi-course et réagie vraiment très bien. La suspension est onctueuse et absorbe sans broncher ces difficultés. De plus, on ne ressent aucune friction lors du travail de l’amortissement !

Le confort du ressort sur des terrains défoncés est un pur bonheur surtout que le châssis de la Helm en plongeurs en 35 ainsi que le D-lock offrent une très bonne rigidité. En virage on a une sensation de gros maintien à basse comme à très haute vitesse. Le train avant est précis et va là où on a décidé. La Helm offre un grip du pneus avant excellent. Sur les freinages, la fourche ne plonge pas et le grip est vraiment bon. On peut attraper les freins au dernier moment car la fourche reste précise.

Sur des marches avec des réceptions à plat, le bilan est un peu moins bon. Première réception je talonne et tape dans le fond de manière assez sensible. En fermant les compressions hautes vitesses, c’est un peu mieux mais les talonnages sont toujours présents ! Etonnant, car je fais 75kg et suis donc au début du poids conseillé pour ce ressort. Hugo qui pèse légèrement plus que moi (on ne vexe pas le chef mais il approche les 90kg quand même), a eu les mêmes ressentis pour la qualité d’amortissement mais à talonner encore plus souvent malgré le réglage de la HSC (High Speed Compression) et la Pré-load du ressort à fond. En essayant avec le ressort plus ferme (le bleu), la fourche s’est montrée bien trop raide et inconfortable, il est donc repassé sur le ressort vert monté d’origine sans trouver de solution aux fréquents talonnages.

Petit point à noter, un léger claquement du ressort hélicoîdal se produit à la détente en bout de course. C’est pas gênant au fonctionnement et ça ne se sent quasiment pas sur le terrain mais ça surprend un peu au début.

Cane Creek Helm II Coil – C’est l’heure du bilan

Cette Cane Creek est un belle découverte. Bien construite, Rigide, confortable et convaincante sur le terrain, cette version Coil s’adresse avant tout aux pilotes avertis car elle se montre plus exigeante dans les réglages que la version Air qui offrira des possibilités d’ajustement plus faciles et une meilleure gestion de la fin de course. Cette version Coil apporte en revanche une bonne dose de Pop et d’onctuosité… Pour le tarif, il était assez compétitif en 2021 avec un prix à 3 chiffres et on peut regretter que l’augmentation n’ait pas été plus mesurée.


Top

+ Finition
+ Onctuosité du ressort
+ Excellent châssis
+ Fonctionnement
+ Débattement ajustable


Flop

– Gestion de la fin de course
– Poids
– Prix en hausse


La vidéo du test

Jason Fournival
Comme toute la team enDHurobike, le VTT gravity est ma passion. J’aime analyser, essayer minutieusement et mettre à rude épreuve le matériel qui m’est confié en test. Enduro, DH, Dirt, Endurigide… je suis un touche à tout.