Présenté courant 2021, la déclinaison Aluminium de l’Ibis Ripley a de quoi intriguer. Bien plus abordable mais aussi encore plus affirmé que la version carbone, l’Ibis Ripley AF marie petit débattement et géométrie agressive que peu de petits Trails osent afficher pour le moment. La recette est-elle réussie ? Réponse sans attendre dans ce test de l’Ibis Ripley Af

IBIS Ripley AF – On fait connaissance

IBIS Ripley AF | 130/120 mm
14,17 Kg | 4699 €
Site Web IBIS Cycles

Tout droit venu de Santa Cruz, Ibis Cycles est une marque historique vieille de 38 ans. Le Ripley est le petit Trail 29 pouces de la marque qui affiche 120 mm de débattement à la roue arrière couplé à une fourche de 130 mm. La version AF est la déclinaison en Aluminium qui rend le ticket d’accès à la gamme bien plus abordable que les versions carbone. 3649€ pour le modèle Deore et jusqu’à 4649€ pour la version SLX que nous avons essayé.

L’équipement

Gamme Ripley AF
  • Fourche Fox 34 Performance Series 130 mm
  • Amortisseur Fox Float DPS Performance
  • Transmission Groupe Sram GX Eagle 12v 10-52
  • Roues IBIS S35 29 pouces
  • Pneus Maxxis Minion DHR2 Dual Exo
  • Freins Shimano SLX 2 pistons – disques 180 mm
  • Tige de selle BikeYoke Revive 185 mm
  • Selle WTB Silverado
  • Poste de pilotage IBIS

Avec les problèmes d’approvisionnement actuels, nous avons reçu un modèle à montage hybride. Un mix du modèle SLX et GX. Quelque soit le modèle, suspensions, roues et périphériques ne changent pas. La montée en gamme se fait donc sur la transmission et le freinage. Notre modèle était donc en Sram GX Eagle pour la transmission et en frein Shimano SLX 2 pistons. La tige de selle est l’excellente BikeYoke dont vous pouvez retrouver le test juste en dessous. Le rapport prix/équipement est étonnant pour une marque à l’image prestigieuse. Surtout sur la version Deore que l’on pourra judicieusement upgrader avec la différence de tarif de notre version d’essai.

Test – BikeYoke Revive

Les chiffres

Géo Ripley AF

La géo de ce petit Trail Ibis est plutôt audacieuse ! Le Ripley AF reprend trait pour trait les cotes du modèle carbone, à un détail près : l’angle de direction s’ouvre d’1° pour atteindre 65,5°. C’est très ouvert pour un vélo en 120-130mm. Cette ouverture augmente l’empattement du Ripley et le pousse à 1217 mm en taille L, celle que nous avons testé. Les bases restent bien courtes, 432 mm et le Reach est plutôt dans la norme avec 475 mm. L’angle de tube de selle est assez redressé pour permettre d’avoir une position bien centré.

Look et Finition

Look

Ibis Ripley AF photo statique

Le look est souvent une histoire de goût personnel et de mon côté je trouve les lignes de cet IBIS Ripley AF plutôt sages. Les tubes tout en rondeur et le manque de slopping du triangle avant rendent la silhouette du vélo assez old-school. C’est accentué par la couleur verte de notre version d’essai que je trouve par contre bien tendance. Jason lui a préféré l’autre coloris possible, couleur aluminium.

Ibis Ripley AF photo statique

Dans un coloris comme dans l’autre, l’Ibis Ripley ressemble à son grand frère, le Ripmo. Il conserve des lignes originales et certains apprécieront sûrement d’avoir un vélo qui se démarque de la concurrence.

Finition

Ibis Ripley AF photo détails

Ibis Ripley AF photo détails

Côté finition, on a pu relever comme point fort la qualité de la peinture qui s’est montrée irréprochable et n’a connu aucune faiblesse durant notre essai. Le badge Ibis en métal sur la douille de direction apporte une touche de premium et les 2 superbes biellettes en aluminium usinées avec un triangle arrière fait en une seule partie font leur petit effet.

Ibis Ripley AF photo détails
Ibis Ripley AF photo détails

Câbles et gaines passent en interne dans le triangle avant avec des serre-câbles qui viennent les maintenir et ainsi empêcher qu’ils bougent, ce qui permet au Ripley d’être très silencieux à l’usage. Le passage de câbles est par contre assez tortueux au niveau du bas du triangle avant et gêne la manipulation du bidon d’hydratation.

Ibis Ripley AF photo détails
Ibis Ripley AF photo détails

La protection de base, si elle semble peu utile au vu de sa distance avec la chaîne, n’est pas très esthétique et manque de texture. Une belle pièce travaillée aurait été bien plus appropriée que le morceau de caoutchouc posé sur le dessus. On lui pardonnera par contre l’absence de protection au niveau du Down-tube au vu du petit débattement du Ripley.

IBIS Ripley AF – Place à l’action

Position

La position sur l’Ibis Ripley Af m’a parue d’emblée assez naturelle, ni trop tête dans le guidon comme on pourrait l’être sur un vélo typé XC, ni trop droit mais plutôt agréablement centrée sur le vélo avec un bon compromis entre position au pédalage et en descente. La taille L de notre version d’essai ne paraît pas exagérément longue et bien que je sois généralement mieux posé sur du M avec mon 1m78, je me sens plutôt à mon aise sur la taille Large de l’Ibis.

Ergonomie

Ibis Ripley AF photo détails

Pour les côtés pratiques, la position de l’amortisseur rend son blocage très accessible mais oblige d’avoir un emplacement du bidon d’hydratation assez bas et pas des plus faciles à aller chercher. De plus, l’enchevêtrement des câbles gêne au moment de remettre le bidon et rend incompatible le Ripley Af avec le modèle Fidlock de grande capacité. Il sera d’ailleurs préférable de s’orienter vers un porte bidon classique qui sera ici plus adapté que les bidons magnétiques que nous plébiscitons habituellement.

Dans le D+

En ressentis, le Ripley Af n’est pas impressionnant. On sent qu’il avance bien et que le rendement est très bon, mais il ne donne pas l’impression de bondir à chaque coup de pédale et d’avoir de la fougue à revendre. Le montage en pneumatiques assez costauds n’aide sûrement pas et le poids total de la bête dépasse tout de même les 14kg. Pour ceux qui rechercheraient plus de panache, des upgrades au niveau des trains roulants pourraient sûrement permettre plus de dynamisme. Malgré ce trait de caractère, quand on s’intéresse aux chiffres Strava de Jason, on est surpris de voir plusieurs trophées PR en montée sur un même parcours… Le Ripley AF cache donc bien son jeu. Si ce n’est sûrement pas le roi du sprint, la suspension ne pompe pas et les longues ascensions sont plutôt agréables à son guidon avec une excellente position et un bonne efficacité au pédalage.

En D+ technique, le grip reste bon aidé par la cinématique DW-link qui offre une bonne motricité et la roue avant bien plaquée au sol permet de garder une bonne précision dans la direction.

Dans le D-

Confort

La cinématique DW-Link a la réputation d’offrir la sensation de plus de débattement. On l’a d’ailleurs vérifié lors du test du Pivot Switchblade qui semblait bien plus véloce que les 140 mm qu’il affichait à l’arrière. Est-ce le cas sur le Ripley ? La réponse est non ! On est bien sur un 120mm de débattement à l’arrière avec une suspension qui fonctionne super bien mais qui peut montrer un petit manque de réserve quand les choses se corsent où il faudra jouer un peu plus des jambes. Finalement, c’est l’avant avec la Fox 34 qui montre plus rapidement ses limites et qui bride un peu les ardeurs en brassant joyeusement le pilote. Il faut dire que je n’ai pas trop épargné ce Ripley dans les champs de cailloux Varois et que nous sommes sur un petit débattement mais j’ai eu un meilleur souvenir de la Fox 34 Factory qui équipait le YT Izzo

Freinage

Ibis Ripley AF photo détails

Au freinage, aucun reproche ne peut être fait à l’Ibis qui garde un bonne stabilité et un bon grip au frein. Les SLX 2 pistons sont un peu plus On/Off que les 4 pistons mais ils offrent une belle puissance de freinage et n’ont pas montré de signe de faiblesse lors du test.

Grip

L’Ibis Ripley Af tient plutôt bien sur l’angle et est plutôt rassurant mais ça pourrait être encore mieux. Le couple Minion DHR2 avant/arrière offre une bonne polyvalence et un bon compromis rendement/accroche mais à l’avant je préfère personnellement avoir encore plus accrocheur et les 2 Minion Dual Compound, même si ils ne m’ont jamais pris au dépourvu, pourraient offrir un meilleur grip avec une gomme plus tendre en 3C MaxxTerra. Surtout qu’aux avants postes, la fourche peine à garder la roue bien plaquée au sol sur terrain accidenté.

Maniabilité / Dynamisme

C’est là qu’on retrouve l’avantage d’avoir un petit débattement avec un vélo qui répond du tac au tac sous les impulsions. Le Pop est bien présent et on se surprend à tirer sur chaque petite cassure de terrain et à pousser sur chaque virage. Par contre, le Ripley nécessite de charger l’avant et d’avoir une position bien centrée pour inscrire l’avant en virage car sinon il aura tendance à vous emmener tout droit. Une position de pilotage moderne avec laquelle le Ripley se montre bien maniable.

Stabilité / Franchissement

C’est dans ces 2 critères que la cinématique typée enduro du Ripley AF fait des merveilles ! Il file droit dans le rapide, se montre hyper stable et n’a rien à envier sur ce point à des vélos beaucoup plus gros. Même constat niveau franchissement où l’on s’engage dans la pente sans arrière-pensée. Je me suis même surpris à engager des portions assez velues truffées de cailloux et de racines comme j’aurais pu le faire avec un 150 mm. Dans les sauts, si ils s’abordent de manière tout aussi sereine, les réceptions peuvent pas contre l’être un peu moins et Jason a tapé dans le fond assez fréquemment. Comme de mon côté je suis moins à l’aise dans les airs, mes ardeurs aux guidons du Ripley AF ont été assez timides.

Fun / Accessibilité

Le Ripley Af un vélo facile ? Non certainement pas, il faut un mininum d’expérience et une bonne dose de physique pour pouvoir l’exploiter. Il a par contre un petit côté pétillant et un comportement attachant qui invite à pousser sur la machine pour claquer des chronos… Jason qui branche son Strava systématiquement a d’ailleurs glané quelques coupes sur plusieurs de nos spots. Signe que ce petit Trail est Fast… A condition d’avoir la santé et le niveau pour le maîtriser bien sûr.

IBIS Ripley AF – c’est l’heure du bilan

Synthèse

L’Ibis Ripley AF est un vélo plutôt attachant qui dispose d’un petit côté exotique doublé d’un sacré caractère. Il vous faudra être physique et plutôt expérimenté pour l’exploiter pleinement, mais ce petit Trail a montré des capacités étonnantes et a fait voler les chronos à notre plus grand étonnement. Le prix de l’exotisme reste en prime plutôt abordable avec cette version AF… Que demander de plus ?

notation ibis

Top

+ Bike de caractère
+ Rapport prix/prestation
+ Capacité dans le D-
+ Chasseur de chrono sans en avoir l’air


Flop

– On trouve plus punchy en montée
– Confort
– Passages de câbles
– Pas fait pour tous


Votre test en vidéo

Hugo Rodriguez
Je suis le doyen et aussi fondateur de la Team. J'ai le Bike dans la peau et j'adore tester et expérimenter tout ce qui me passe entre les mains. Je suis pas le plus technique ni physique des pilotes de la Team mais vous pourrez compter sur mon pointillisme exacerbé.